Charleroi sédimentaire. Etudes de tracé

En verts, éléments de la structure postnationale : trois immeubles d'habitation en lignes hautes, le stade de l'Olympic et la patinoire

En verts, éléments de la structure postnationale : trois immeubles d’habitation en lignes hautes, le stade de l’Olympic et la patinoire

Charleroi îlot Olympic sédimentaire avec poché voirie (21.7.2014) copy(premières ébauches publiées le 22.7.2014)

Charleroi sédimentaire avec poché voirie et FP IGN1993 (21.7.2014) copy

Première ébauche d'une carte sédimentaire de l'îlot Olympic et de ses alentours. En bleus, les parties de l'îlot issues du projet national. En rouges, tracés persistants de la structure prénationale (provinciale)

Première ébauche d’une carte sédimentaire de l’îlot Olympic et de ses alentours. En bleus, les parties de l’îlot issues du projet national. En rouges, tracés persistants de la structure prénationale (provinciale)

Promenade du 17 janvier 2013

Aux alentours de la chaussée d’Alsemberg, aux limites d’ Uccle et de Forest

Bruxelles-métropole européenne. Hypothèse sur la résidence (2003)

Ces deux planches d’étude testent – sur le terrain de la gare de formation de Schaerbeek – une idée : l’énonciation, en de plus amples dimensions, d’un double rang typique de la résidence de Bruxelles-capitale nationale : une rue faite de maisons, que nous appelons d’habitude ‘bruxelloises’, mais qu’il serait plus juste d’appeler ‘nationales’*.. Les parois sont ici érigées en lignes bâties, en véritables corps de bâtiment. Les chambres deviennent de grandes cours aménagées en jardins. La relation entre les normes qui président à l’architecture de Bruxelles-capitale et celles qui président à cet essai sur le thème de la résidence de Bruxelles-métropole européenne est une relation analogique, au sens strict du terme.

(*Si ce sujet vous intéresse, voyez, sur ce même blog, notre  étude intitulée : L’habitation nationale des Belges