Contrat de quartier Canal-Midi. Premières études

note d’intentions pour le web (avec les pl. 1 et 2)

La complexité à laquelle nous nous référons lorsque nous parlons de Cureghem n’est pas tant le fruit d’une pure diversité d’objets individuels que celui de la superposition de plusieurs structures territoriales – des projets architecturaux si l’on veut mais à une échelle nettement plus ample que celle de la parcelle. Cette complexité, au cours de la seconde moitié du XIX et de tout le XXème siècle, a suscité la plupart du temps chez les aménageurs, une répulsion caractérisée. Leurs méthodes sont homogénéisatrices. La nôtre vise la reconnaissance de l’hétérogénéité qui fait la complexité de Bruxelles. Nous souhaitons justement faire de cette complexité, de sa révélation, de sa résurgence, un des points forts du projet, et nous avons montré que notre aire d’étude, ou tout au moins sa partie Ouest, présente cet atout incomparable pour une approche de ce type de se situer en un lieu de la ville ou existent tout à la fois la possibilité (logique) et la nécessité (pratique) d’affirmer cette complexité.

Une des conditions techniques fondamentales de cet exercice est la rédaction d’une carte du quartier qui permette de saisir immédiatement comment se superposent et quelles figures tracent – séparément et ensemble – les différentes structures territoriales en superposition : la structure provinciale (d’ancienne initiative rurale essentiellement pour ce qui concerne Cureghem), la structure nationale et la structure métro-/cosmo-politaine.

La rédaction de cette carte est bien avancée.

Elle suppose, d’abord, la retranscription, par superposition (layers) informatique, des relevés disponibles : des cartes, qui représentent les différents états de la fabrique territoriale à travers le temps. Ces cartes, que l’on contemple d’habitude séparément, sont ici littéralement superposées. Chacune des cartes est redessinée sous format autocad et mise en conformité avec le levé par aérophotogrammétrie numérique de l’IGN 1991 – cartographie 1993-94. Ceci implique un patient travail d’ajustement. Les relevés utilisés, qui sont d’époques différentes, ont été faits suivant des méthodes de mesurage différentes.

La rédaction de la carte se poursuit, ensuite, par le travail de classement morphologique. Ce travail, seul peut l’accomplir celui qui est rôdé à l’analyse formelle des systèmes architectoniques-territoriaux.

Apparaissent alors, au cours de ce travail de bénédictin, les 3 grandes structures formelles, emboîtées, nettement caractérisées, les trois « couches » dont l’intersection fait la complexité de notre aire d’étude : sa couche provinciale, sa couche nationale et sa couche métropolitaine. Une complexité qui, à ce point, se livre dans son intelligibilité, et ouvre la possibilité d’un projet urbain qui ne soit pas tant celui d’une « nouvelle mode », d’une architecture « contemporaine » indifférente à ces architectures existantes, que celui de la ressaisie, du rééquilibrage des rapports de ces 3 projets, tout aussi contemporains l’un que l’autre (car théâtre de notre vie présente), et aujourd’hui en relation déséquilibrée : la possibilité, littéralement, d’un projet de transformation progressive de la réalité, où perdrait aussi sa raison d’être la séparation entre ce qui est patrimoine (ce qui serait « passé » mais à conserver au présent) et ce qui ne l’est pas (ce qui est présent mais mériterait de passer), entre ce qui est culturel et ce qui ne l’est pas, puisque tous les éléments concourent à l’élaboration de ce grand relief artificiel, la ville, qui est, peut-être par excellence, fait culturel.

A ce titre, notre attention se porte notamment sur la représentation minutieuse de tous les éléments qui composent le second sédiment, celui par lequel Cureghem se définit le plus strictement comme quartier de Bruxelles-capitale, avec ses maisons à front de rue, ses ateliers et ses annexes, ses longues lignes mitoyennes internes, sa végétation de grands arbres en intérieur d’îlot, ses rues, ses avenues et boulevards régulièrement plantés, son mobilier urbain. C’est la condition préalable et indispensable au choix d’une poursuite de la remise en valeur de ce quartier de Bruxelles-capitale, qui est tout entier partie de ce « monument à la nation » – et à une nation un peu spéciale, une nation hissée à ce titre à la faveur d’une révolution ouvrière précoce, et dont la seule idéologie nationale est peut-être celle du confort bourgeois.

La révélation de cette hétérogénéité et de cette complexité fera l’objet d’une réflexion poussée quant à ses moyens de représentation afin de la rendre intelligible à tous (modélisation, grande maquette, etc.). En effet, si l’élaboration de ce travail méthodique demande une expérience spécifique, les constatations qui en découlent s’adressent à tous. L’enjeu de ces opérations cartographiques est, avant tout, de proposer aux habitants et aux usagers une façon de comprendre et d’interpréter leur environnement, ce qui constitue une première garantie de préservation de celui-ci. Cette lecture devrait permettre ensuite d’inscrire les différentes opérations requises comme des conséquences logiques d’un état de fait connu et reconnu par la communauté – ce qui constitue également un facteur de compréhension, d’acceptation et de pérennisation de celles-ci.

A ces différents égards, le travail de cartographie se doit d’être d’une transparence et d’une communicabilité exemplaire et sera suivi d’un travail de communication (sous forme de petite brochure, de maquette, de grandes planches, etc.).

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s